Le tourisme communautaire ajoute une couleur locale à la durabilité!

tourisme_communautaire

1.     Introduction

Le tourisme communautaire est une forme de tourisme dans lequel la population communautaire elle-même gère l’accueil des visiteurs pour maitriser leur développement. Ainsi elle garde le contrôle des activités touristiques sur son territoire et récolte la majeure partie des bénéfices qui en découlent. Ce type de tourisme est un atout économique irréfutable car il apporte une diversification du travail dans une communauté et y apporte des revenus supplémentaires.

Ce type de voyage est l’occasion de partager au plus près la vie des populations autochtones. Il permet de découvrir une culture différente avec de nouveaux territoires, traditions, coutumes, etc.

Le développement durable se veut être un processus de croissance qui allie l’écologie, l’économie et le social. Il s’agit d’établir un cercle pur entre ces trois piliers: il permet un développement, il est économiquement efficace, socialement équitablef et écologiquement soutenable. Il est respectueux des ressources naturelles et des écosystèmes, ce qui garantit l’efficacité économique tout en restant socialement responsable.

Certaines communautés, comme celle de Manawan (Canada), étaient déjà existante il y a longtemps, mais se sont développée dans le tourisme et ne vivent plus que de ça. À Christiania, il y a des heures d’ouvertures qu’il faut respecter pour par exemple une visite guidée. Il n’y a pas non plus de possibilité de dormir sur place, comparé à Rastafari.

Il existe des communautés durables au Pérou, au Sénégal, au Costa Rica, en Inde, en Australie, en Bolivie, au Canada, au Québec et en Equateur ; mais nous nous baserons principalement sur la communauté de Christiania qui se trouve à Copenhague ainsi que le Rastavillage en Jamaïque.

2.     Christiania

La communauté de Christiania est une « ville libre » de 34 hectares (1 hectare = terrain de football). Elle existe maintenant depuis une quarantaine d’année et elle a été créée par le journaliste Jacob Ludvigsen qui écrivit un article pour déclarer l’ouverture d’une ville libre.

Créée dans les anciennes casernes désaffectées de la ville de Copenhagues, la communauté s’est auto-proclamée libre en 1971 et est indépendante du Danemark, de l’Union Européenne et de la société de consommation.

Le tourisme qui s’applique à cette communauté est un tourisme excursionniste. On peut donc se balader librement dans la communauté tout en respectant certaines règles comme celle de ne pas prendre de photo puisqu’il y a encore dans ces quartiers, un trafic de marijuana non prohibé.

Les habitants sont des pionniers souvent incompris du bio, du recyclage, de l’amour libre et des drogues. Christiania est devenu un endroit incontournable pour les touristes venant à Copenhague.

En plus de prôner des valeurs nouvelles, la communauté s’est créée son propre espace agricole et possède sa propre monnaie ainsi qu’un drapeau représentant cette « ville libre ». On retrouve sur ce drapeau 3 points jaunes sur fond orange ou inversement qui représente les trois « i » de Christiania.

En 2003, c’est environ 1’000 habitants qui vivaient dans cette partie de la ville et le nombre augmente chaque année. Les habitants défendent certaines valeurs et, pour les présenter aux touristes, organisent chaque jours à 15h00 un tour de Christiania avec un habitant (guide). Pour dormir dans la communauté il faut soit s’engager comme habitant et donc y vivre, soit connaître quelqu’un qui pourra vous loger pendant quelques jours.

Malgré cette image assez désorganisée, Christiania possède ses propres lois (9). Cependant, la ville est influencée par la pensée anarchiste, ce qui veut dire que personnes n’a été élu pour diriger. Par contre, les villageois ont mis en place des infrastructures pour organiser la vie des habitants. On peut donc retrouver une assemblée générale, une assemblées des quartiers, une assemblée des entreprises et une assemblée des finances. Les décisions sont ensuite prises au consensus, donc un accord général entre les membres des assemblées sans vote préalable.

Ce qui montre une fois de plus le vœu de chacun d’une égalité entre tous les membres et habitants de la ville libre de Christiania.

3.     Rastafari Indigenous village

Cette communauté qui se situe à Montego Bay en Jamaïque, propose une immersion dans leur philosophie rasta, que ce soit pour une heure ou pour une journée. Les activités proposées sont interactives afin de bien immerger les visiteurs dans l’atmosphère du village.

Il s’agit avant tout d’un village de travail, ils cherchent des moyens de subsistance durables, un développement culturel ainsi qu’agricole. Ils sont aussi actifs dans la protection de la biodiversité de l’île (Jamaïque).

Il s’agit d’une communauté créée afin de développer et de poursuivre la philosophie rastafari. A travers une visite de Rastafari, les villageois font partager leur vision, ainsi que leur culture à autrui.

Pendant le tour, qui ressemble à une visite guidée, un guide vous expliquera les propriétés médicinales des plantes cultivées sur place et utilisées par les guérisseurs.

La visite se termine sur une note musicale avec un tambour traditionnel et chants dans le centre du village, ceci accompagné de Tisanes et fruits frais. Ce village autochtone a été créé en décembre 2008 par trois des résidents qui étaient fondateurs du village dans les années 60 (IION Kanaka, First Man et la IION Ileen). Le village est en croissance constante avec la construction d’un amphithéâtre et de cabanes d’habitation. Pour son avenir, les habitants de Jamaïque suivant les mêmes idéaux devraient rejoindre Rastafari pour qu’il puisse encore s’agrandir.

4.     Conclusion

Encore peu développé et peu connu, le tourisme communautaire est pourtant un atout économique indéniable pour les populations d’accueil.

Ce type de tourisme existe depuis longtemps, mais c’est une nouvelle tendance. Du coup certaines de ces communautés se diversifient dans le but de recevoir et d’accueillir des touristes.

On sait que le tourisme qui s’y est développé a toutes les caractéristiques d’un tourisme équitable. Mais une question se pose : La tendance à la diversification des communautés n’a-t-elle pas un impact négatif sur leur rôle premier ?

5.     Mots-clefs

A

anarchiste                                                                          3

autochtones                                                                       2

C

communauté                                                                     2

croissance constante                                                         4

D

développement durable                                                    2

E

équitable                                                                           2

I

indépendante                                                                    3

interactives                                                                        4

L

libre                                                                                   3

lois                                                                                     3

P

philosophie                                                                        4

pionniers                                                                            3

T

tourisme                                                                            1

traditionnel                                                                        4

6. Auteurs

Module 711 : Economie et industrie du tourisme

Sonia Camus – Manon Flückiger

Fanny Guenat – Natacha Remion

Classe : 701C

7.     Bibliographie

Actu-Environnement.com. (s.d.). Récupéré sur http://www.actu-environnement.com/ae/dossiers/dd/dd_definitions_1.php4

Association Natives. (s.d.). Récupéré sur http://www.tourismecommunautaire.org/Natives/Accueil.html

Befri Christiania. (s.d.). Récupéré sur http://www.christiania.info/16122/index.html

Christiania. (s.d.). Récupéré sur http://www.christiania.org/

Degira Tour Operator. (s.d.). Récupéré sur http://www.voyages-ameriquelatine.fr/

ECOtourisme Magazine. (s.d.). Récupéré sur http://www.ecotourisme-magazine.com/tourisme-communautaire-indigene-autochtone/

Hugo’s blog. (s.d.). Récupéré sur http://blog.liu.se/hugoguyader/2012/02/13/christiania-the-freetown-of-copenhagen-denmark/

Jamaica Customised Vacation and Tours. (s.d.). Récupéré sur http://jcvtt.com/services/index.php?main_page=product_info&cPath=26_29&products_id=264

Jamaica Gleaner. (s.d.). Récupéré sur http://jamaica-gleaner.com/gleaner/20080921/ent/ent7.html

Rastafari Indigenous Village. (s.d.). Récupéré sur http://rastavillage.com/

Réseau de Veille en Tourisme. (s.d.). Récupéré sur http://veilletourisme.ca/2012/07/17/le-tourisme-communautaire-ajoute-une-couleur-locale-a-la-durabilite/

Squat du Monde. (s.d.). Récupéré sur http://www.squatdumonde.blogspot.ch/

Téoros. (s.d.). Récupéré sur http://teoros.revues.org/1048

Voyages pour la Planète. (s.d.). Récupéré sur http://www.voyagespourlaplanete.com/tag/tourisme-communautaire/

Wikipédia. (s.d.). Récupéré sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Christiania_%28Danemark%29

This slideshow requires JavaScript.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s