Peak Walk by Tissot

Actuellement, le touriste ne recherche plus seulement une activité à faire, mais il recherche une expérience à vivre. Le paysage ne suffit donc plus, il faut en faire une mise en scène. Le Peak Walk offre aux touristes une expérience unique car c’est le premier pont qui relie deux sommets au monde. Situé aux Diablerets, il a été inauguré le 24 octobre 2014. Ce projet suscite un débat pour plusieurs raisons. Tout d’abord, de par son aspect unique (Unique Selling Proposition : USP), il apportera à terme bon nombre de touristes dans la région. Marcel Bach, président du CA de Gstaad 3000 SA et Bernhard Tschannen, directeur de Glacier 3000, sont convaincus d’avoir investi pour une attraction extraordinaire. Effectivement, ce projet a coûté cher : 1.8 millions de francs. Ces derniers pensent qu’ils vont favoriser le développement touristique des Alpes et profiter d’un positionnement sur le marché asiatique et européen grâce à cette réalisation. Malgré tous ces arguments, ce projet n’est pas du goût de tout le monde. L’organisation de protection des Alpes dénonce une forme de « Disneylandisation », c’est-à-dire une mise en scène qui détruit le paysage. En effet, le paysage est la valeur la plus importante en Suisse, c’est ce qui intéresse bon nombre de touristes. La question est : où se situent donc les limites des constructions dans le but d’être les meilleurs sur le marché touristique au détriment du paysage qui en souffre.

ImageTIA

Caroline Bruchez, Marine Chevallier, Malou Jobin, Sandra Kedzic et Vanessa Vacante (701_C)

Sources :

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s