Projekt Herzlichkeit Engadin St. Moritz

Engadin_Herzlichkeit

Der Verkehrsverein Engadin St. Moritz organisiert für Unternehmen, Vereine und alle Interessengruppen aber auch Einzelpersonen die direkt oder indirekt mit dem Tourismus verbunden sind kostenlose Herzlichkeits-Workshop. Um das Dienstleistungsbewusstsein der Mitarbeiter zu schärfen und den Rückgang im Tourismus zu stoppen.

Michèle Huber & Océane Gex

Herzlichkeit Engadin

 

Quellen: www.swissinfo.ch

 

www.engadin.stmoritz.ch

 

Impacts socio-économiques de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud : Comparaison entre les estimations calculées et les bénéfices retirés

La Coupe du Monde de football est déjà, depuis de nombreuses années, un phénomène d’une ampleur sans précèdent. Pour le pays hôte, c’est une aubaine de pouvoir recevoir un évènement comme celui-ci. En effet, ce dernier engendre généralement un bénéfice conséquent. Toutefois, les coûts de mise en place sont aussi importants. A chaque fois, des études sont réalisées pour estimer les bénéfices qu’empochera chaque membre actif dans la manifestation. Les prévisions ou les espérances, ne correspondent pas toujours aux résultats effectifs. C’est le cas pour la coupe du monde 2010, en Afrique du Sud, qui fait l’objet de ce travail.

Mots-clés : Afrique du Sud, impacts socio-économiques, football, Allemagne

WC-2010-poster

Auteurs: Aline Burri, Joël Mateos, Julien Petit, Michaël Pottier
703C_Southafrica

Sources:

Cottle, E. (2010). A Preliminary Evaluation of the Impact of the 2010 FIFA World CupTM in South Africa. Récupéré le 18.12.2012 sur http://www.sah.ch/data/D23807E0/ImpactassessmentFinalSeptember2010EddieCottle.pdf

Barget E. (2010). L’impact économique de la Coupe du monde. Jurisport, 98, 23-25. Récupéré le 18.12.2012 sur
http://www.cdes.fr/fichiers/Actualites/L_impact_conomique_de_la_Coupe_du_monde.pdf

FIFA, (2010). Study reveals tourism impact in South Africa. Récupéré le 18.12.2012 sur
http://www.fifa.com/worldcup/archive/southafrica2010/news/newsid=1347377/index.html

Maenning, W. & Plessis, S. (2007). World Cup 2010 : South african economic perspectives and policy challenges informed by the experience of germany 2006. Récupéré le 18.12.2012 sur http://www.freepatentsonline.com/article/Contemporary-Economic-Policy/180372669.html

Dormir dans un tonneau un hébergement insolite!

1.     Introduction

En France, en Allemagne, en Suisse ou aux Pays-Bas, laissez-vous tenter par une expérience incroyable. Il est possible de dormir dans des tonneaux à vin, que ce soit dans un hôtel ou dans votre jardin.

Les tonneaux étant tous d’une taille impressionnante, on ne se sent pas à l’étroit. Il y a des lits et banquettes, rideaux, hublots et parfois même un petit coin toilette.

Certes, le confort est simplifié mais pour une nuit, un weekend en famille, les amateurs d’insolite pourront se faire plaisir. Pas de vapeur d’alcool, mais une atmosphère particulière! C’est donc une habitation qui pourrait particulièrement plaire aux amateurs de vin.

Nous nous sommes concentrés sur deux lieux principaux qui nous ont particulièrement plus ; Ruedi-Schuur qui se trouve dans le canton de Schaffhouse et la Cour au Grip au nord-ouest de la France.

1.1.    L’histoire du tonneau de vin

Le tonneau est une invention venue de la Gaule qui s’impose dans le monde romain. Il est peu lourd, résistant et surtout facile à transporter. Son seul défaut réside dans sa perméabilité. En effet, ce matériau respire et ne peut garder un vin très longtemps.

Le renouveau viendra dans les années 1980 avec l’évolution des goûts des consommateurs et la montée en puissance des industries viticoles du Nouveau Monde qui privilégient l’usage du bois et dont la concurrence incite de nombreux encaveurs européens à se tourner vers l’élevage du vin en barrique.

Image

2.     Rüedi-Schuur

Dans la petite localité vinicole de Trasadingen dans la région du Klettgau dans le canton de Schaffhouse, les tonneaux se transforment en hébergement pour la nuit. Imposants, ils accueillent jusqu’à 40 personnes.

Ce type d’hébergement quelque peu particulier a permis à la famille Rüedi de gagner le prix de l’innovation touristique en 2007 ainsi que le prix « agropreis » en 2012.

ImageEn premier lieu, leur idée était d’accueillir des touristes dans d’anciens tonneaux à vin pour passer la nuit. Un peu victime de leur succès, ils ont décidé d’élargir leur offre en proposant de nouvelles « chambre » dans des tonneaux plus modernes. De plus, profitant de leur situation géographique privilégiée (proche de Schaffhouse, mais dans un endroit très tranquille), ils ont aménagés autour de leur domaine, des jardins particuliers offrant le confort et la tranquillité. C’est dans ces jardins- terrasse qu’ils proposent d’accueillir des clients pour des mariages, des anniversaires, des sorties d’entreprise, ou diverses autres soirées. De plus, ils ont des salles de séminaires, des salles de dégustations pour leur vin, ainsi qu’une salle de repas qu’ils mettent également à disposition des clients. Leur salle de banquet permet de recevoir jusqu’à 70 personnes. Pour les repas, ils sont en collaboration avec un traiteur du village. Les vins qui sont servis ne sont autres que les vins de la famille Rüedi.

Pour les quelques clients qui décident de passer plus d’une nuit dans ce lieu, une machine à laver est à leur disposition.

Pour passer la nuit, il y a donc le choix entre les vieux tonneaux à vin ou les nouveaux qui offrent un peu plus de confort mais moins d’authenticité.

En choisissant les vieux tonneaux, sont fournis sur place, des matelas, des couvertures en laine et des oreillers, il ne reste au client qu’un sac de couchage à apporter. Il est possible de dormir dans ces chambres particulières uniquement du mois de mai au mois d’octobre.

L’aménagement des vieux tonneaux de vins est simple et soigné. Les installations sanitaires se trouvent dans la grange attenante.

Image

Les prix pour dormir dans un vieux tonneau :

 

Par personne

Enfant 6-12ans

Enfant jusqu’à 6ans

Une nuit avec déjeuner

CHF 45.-

CHF 38.-

CHF 18.-

Les nouveaux tonneaux contiennent plus de commodités que les anciens. Telles que des WC, une douche et une télévision dans la chambre. Ces tonneaux sont situés de manière à ce que la fenêtre donne sur le jardin pour que les clients puissent ainsi se détendre au mieux.

Les prix pour dormir dans un nouveau tonneau :

Par personne

Enfant 6-12

Enfant 3-6 ans

 Dimanche au Jeudi

CHF 85.-

CHF 65.-

CHF 35.-

 Vendredi au Samedi

CHF 95.-

CHF 75.-

CHF 35.-

3.     La Cour au Grip

Situé à Repentigny, dans le pays d’auge (nord-ouest de la France) tout proche de Lisieux. Le domaine de la cour au Grip vous offre des hébergements styles gîtes ruraux, notamment de dormir dans un tonneau de cidre d’une contenance de 10’000 litres. Avant de se transformer en chambre d’hôtes le tonneau, qui se situait déjà sur la propriété, contenait du cidre, spécialité de la région.

Le domaine est reconnu « gîte de France », et l’offre de la nuit dans le tonneau a été sélectionné dans le guide des hôtels insolites de Steve Dobson, apparue en novembre 2012 aux éditions JonGlez.

Le tonneau ne contient qu’un seul lit spacieux, avec des fenêtres qui laisse entrer la lumière, ce qui rend le lieu très convivial. Avec cet hébergement vous disposez de sanitaires parfaitement équipés, à une distance de 25 mètres, mais privatifs tout de même. Compte tenu de l’étroitesse du lieu, l’hébergement ne s’adresse en principe qu’à deux personnes.

Pour un couple il vous faudra vous acquittez de la somme de 90€ la nuit ou de 420€ pour une semaine. Une caution de 150€ est demandée à l’arrivée, le forfait « ménage » à la fin du séjour s’élève à 35€. Pour prévenir les cas d’allergies, les animaux ne sont pas acceptés.

 Image

Le petit déjeuner est inclus et se prend au gîte avec les autres convives de la maison d’hôte ou vous pouvez aussi le prendre sur un ensemble, table et chaise, en forme de tonneaux pour rester dans le ton !

Les propriétaires offrent aussi la possibilité de faire des chèques cadeaux, sur le même principe que les Smart Box ou autre Oh ! Box, très en vogue en ce moment.

Dans la même région vous pourrez trouver à pont-l’évêque un restaurant qui offre des « box-tonneaux », pour manger. Les tonneaux du Père Magloire.

Il existe en à Salgesh une maison d’hôte qui offre de dormir dans un tonneau, mais il ne s’agit que de l’encadrement du lit.

4.     Avoir son tonneau chez soi !

Il est désormais possible d’acquérir ce logement insolite, soit pour un particulier soit pour des professionnels. En effet une société a décidé de surfer sur la vague de l’insolite en proposant des tonneaux, mais il ne s’agit pas de tonneau de vin à proprement parlé, ici il s’agit de d’un dérivé du Kota finlandais.

ImageQu’est-ce qu’un Kota ? Il s’agit d’un habitat finlandais qui était dédié au logement ou grenier, puis a fini par devenir une annexe ou l’on faisait la cuisine. Dans la Finlande d’aujourd’hui ce genre de cabane est encore utilisée mais à des fins essentielles de loisirs, chambres d’appoint, sauna, grill etc…

Le véritable atout de cette société c’est de proposer des « Kota-tonneaux» personnalisables. Cette entreprise basée en Alsace et active en France et au Luxembourg, se spécialise dans le « Kota » depuis 2002.

Les « tonneaux chambres » comprennent de 2 à 4 couchages, vous pouvez même y faire installer des sanitaires et une cuisine, selon l’aménagement. Livrable en 5 semaines. Après quelques recherches, il s’avère que même en Suisse il existe des kota finlandais mais pas encore de « tonneau chambres ».

Le prix n’est malheureusement pas communiqué.

5.     Mots-clefs

A

authenticité……………………………………………………………. 4

B

box-tonneaux………………………………………………………….. 7

C

convivial…………………………………………………………………. 5

E

encaveurs………………………………………………………………. 3

H

hébergement insolite………………………………………………. 1

I

innovation………………………………………………………………. 4

K

Kota………………………………………………………………………. 7

T

tonneau…………………………………………………………………. 1

tranquillité……………………………………………………………… 4

V

vinicole………………………………………………………………….. 4

6.     Sources

Alexandre, T. (2012, Décembre). Archive Le tonneau dans tous ces états. Récupéré sur RomanDuVin.ch: http://www.romanduvin.ch/index.php?IDcat=9&IDarticle=197&IDcat9visible=1&langue=F

ESNARD, P. &. (s.d.). Domain de la Cour au Grip. Consulté le décembre 27, 2012, sur http://lacouraugrip.blog.capital.fr: http://lacouraugrip.blog.capital.fr/index.php?subaction=categorie&id_categorie=58615

Fasszimmer. (s.d.). Consulté le 12 29, 2012, sur Arkanum: http://www.hotelarkanum.ch

Hotel-insolite.com. (2012, Décembre). Hotel-insolite.com. Récupéré sur Ruedi-Schuur Dormir dans un tonneau en Suisse: http://www.hotels-insolites.com/ruedi-schuur_18.hotel

inconnu. (2012, 12 05). Produits – Grill FinlandProduits – Grill Finlandais n°1 en France du kota grill finlandais – chalet finlandais – kota chambre – tonneau chambre. Consulté le 12 27, 2012, sur http://legrillfinlandais.com/tonneau.html: http://www.kotagrill-finlandais.com/

les tonnaux du père magloire. (s.d.). les liens du calvados. Consulté le 12 27, 2012, sur http://www.calvados-pere-magloire.com

Lubanoo. (2012, Décembre). Dormir dans un tonneau de vin. Récupéré sur Lubanoo Tout pour préparer un voyage: http://www.lubanoo.com/video-84-dormir-dans-un-tonneau-de-vin.html

Rüedi, M. u. (2012, Décembre). Einfach fasstastisch. Récupéré sur Ruedi fasstastische Ferien: http://www.rueedi-ferien.ch/

Tourisme, S. (2012, Décembre). Dormir dans un tonneau. Récupéré sur MySwitzerland.com: http://www.myswitzerland.com/fr/dormir-dans-un-tonneau.html

Auteurs

Module 711 : Economie et industrie du tourisme

Sonia Camus – Manon Flückiger

Fanny Guenat – Natacha Remion

Classe : 701C

Le tourisme communautaire ajoute une couleur locale à la durabilité!

tourisme_communautaire

1.     Introduction

Le tourisme communautaire est une forme de tourisme dans lequel la population communautaire elle-même gère l’accueil des visiteurs pour maitriser leur développement. Ainsi elle garde le contrôle des activités touristiques sur son territoire et récolte la majeure partie des bénéfices qui en découlent. Ce type de tourisme est un atout économique irréfutable car il apporte une diversification du travail dans une communauté et y apporte des revenus supplémentaires.

Ce type de voyage est l’occasion de partager au plus près la vie des populations autochtones. Il permet de découvrir une culture différente avec de nouveaux territoires, traditions, coutumes, etc.

Le développement durable se veut être un processus de croissance qui allie l’écologie, l’économie et le social. Il s’agit d’établir un cercle pur entre ces trois piliers: il permet un développement, il est économiquement efficace, socialement équitablef et écologiquement soutenable. Il est respectueux des ressources naturelles et des écosystèmes, ce qui garantit l’efficacité économique tout en restant socialement responsable.

Certaines communautés, comme celle de Manawan (Canada), étaient déjà existante il y a longtemps, mais se sont développée dans le tourisme et ne vivent plus que de ça. À Christiania, il y a des heures d’ouvertures qu’il faut respecter pour par exemple une visite guidée. Il n’y a pas non plus de possibilité de dormir sur place, comparé à Rastafari.

Il existe des communautés durables au Pérou, au Sénégal, au Costa Rica, en Inde, en Australie, en Bolivie, au Canada, au Québec et en Equateur ; mais nous nous baserons principalement sur la communauté de Christiania qui se trouve à Copenhague ainsi que le Rastavillage en Jamaïque.

2.     Christiania

La communauté de Christiania est une « ville libre » de 34 hectares (1 hectare = terrain de football). Elle existe maintenant depuis une quarantaine d’année et elle a été créée par le journaliste Jacob Ludvigsen qui écrivit un article pour déclarer l’ouverture d’une ville libre.

Créée dans les anciennes casernes désaffectées de la ville de Copenhagues, la communauté s’est auto-proclamée libre en 1971 et est indépendante du Danemark, de l’Union Européenne et de la société de consommation.

Le tourisme qui s’applique à cette communauté est un tourisme excursionniste. On peut donc se balader librement dans la communauté tout en respectant certaines règles comme celle de ne pas prendre de photo puisqu’il y a encore dans ces quartiers, un trafic de marijuana non prohibé.

Les habitants sont des pionniers souvent incompris du bio, du recyclage, de l’amour libre et des drogues. Christiania est devenu un endroit incontournable pour les touristes venant à Copenhague.

En plus de prôner des valeurs nouvelles, la communauté s’est créée son propre espace agricole et possède sa propre monnaie ainsi qu’un drapeau représentant cette « ville libre ». On retrouve sur ce drapeau 3 points jaunes sur fond orange ou inversement qui représente les trois « i » de Christiania.

En 2003, c’est environ 1’000 habitants qui vivaient dans cette partie de la ville et le nombre augmente chaque année. Les habitants défendent certaines valeurs et, pour les présenter aux touristes, organisent chaque jours à 15h00 un tour de Christiania avec un habitant (guide). Pour dormir dans la communauté il faut soit s’engager comme habitant et donc y vivre, soit connaître quelqu’un qui pourra vous loger pendant quelques jours.

Malgré cette image assez désorganisée, Christiania possède ses propres lois (9). Cependant, la ville est influencée par la pensée anarchiste, ce qui veut dire que personnes n’a été élu pour diriger. Par contre, les villageois ont mis en place des infrastructures pour organiser la vie des habitants. On peut donc retrouver une assemblée générale, une assemblées des quartiers, une assemblée des entreprises et une assemblée des finances. Les décisions sont ensuite prises au consensus, donc un accord général entre les membres des assemblées sans vote préalable.

Ce qui montre une fois de plus le vœu de chacun d’une égalité entre tous les membres et habitants de la ville libre de Christiania.

3.     Rastafari Indigenous village

Cette communauté qui se situe à Montego Bay en Jamaïque, propose une immersion dans leur philosophie rasta, que ce soit pour une heure ou pour une journée. Les activités proposées sont interactives afin de bien immerger les visiteurs dans l’atmosphère du village.

Il s’agit avant tout d’un village de travail, ils cherchent des moyens de subsistance durables, un développement culturel ainsi qu’agricole. Ils sont aussi actifs dans la protection de la biodiversité de l’île (Jamaïque).

Il s’agit d’une communauté créée afin de développer et de poursuivre la philosophie rastafari. A travers une visite de Rastafari, les villageois font partager leur vision, ainsi que leur culture à autrui.

Pendant le tour, qui ressemble à une visite guidée, un guide vous expliquera les propriétés médicinales des plantes cultivées sur place et utilisées par les guérisseurs.

La visite se termine sur une note musicale avec un tambour traditionnel et chants dans le centre du village, ceci accompagné de Tisanes et fruits frais. Ce village autochtone a été créé en décembre 2008 par trois des résidents qui étaient fondateurs du village dans les années 60 (IION Kanaka, First Man et la IION Ileen). Le village est en croissance constante avec la construction d’un amphithéâtre et de cabanes d’habitation. Pour son avenir, les habitants de Jamaïque suivant les mêmes idéaux devraient rejoindre Rastafari pour qu’il puisse encore s’agrandir.

4.     Conclusion

Encore peu développé et peu connu, le tourisme communautaire est pourtant un atout économique indéniable pour les populations d’accueil.

Ce type de tourisme existe depuis longtemps, mais c’est une nouvelle tendance. Du coup certaines de ces communautés se diversifient dans le but de recevoir et d’accueillir des touristes.

On sait que le tourisme qui s’y est développé a toutes les caractéristiques d’un tourisme équitable. Mais une question se pose : La tendance à la diversification des communautés n’a-t-elle pas un impact négatif sur leur rôle premier ?

5.     Mots-clefs

A

anarchiste                                                                          3

autochtones                                                                       2

C

communauté                                                                     2

croissance constante                                                         4

D

développement durable                                                    2

E

équitable                                                                           2

I

indépendante                                                                    3

interactives                                                                        4

L

libre                                                                                   3

lois                                                                                     3

P

philosophie                                                                        4

pionniers                                                                            3

T

tourisme                                                                            1

traditionnel                                                                        4

6. Auteurs

Module 711 : Economie et industrie du tourisme

Sonia Camus – Manon Flückiger

Fanny Guenat – Natacha Remion

Classe : 701C

7.     Bibliographie

Actu-Environnement.com. (s.d.). Récupéré sur http://www.actu-environnement.com/ae/dossiers/dd/dd_definitions_1.php4

Association Natives. (s.d.). Récupéré sur http://www.tourismecommunautaire.org/Natives/Accueil.html

Befri Christiania. (s.d.). Récupéré sur http://www.christiania.info/16122/index.html

Christiania. (s.d.). Récupéré sur http://www.christiania.org/

Degira Tour Operator. (s.d.). Récupéré sur http://www.voyages-ameriquelatine.fr/

ECOtourisme Magazine. (s.d.). Récupéré sur http://www.ecotourisme-magazine.com/tourisme-communautaire-indigene-autochtone/

Hugo’s blog. (s.d.). Récupéré sur http://blog.liu.se/hugoguyader/2012/02/13/christiania-the-freetown-of-copenhagen-denmark/

Jamaica Customised Vacation and Tours. (s.d.). Récupéré sur http://jcvtt.com/services/index.php?main_page=product_info&cPath=26_29&products_id=264

Jamaica Gleaner. (s.d.). Récupéré sur http://jamaica-gleaner.com/gleaner/20080921/ent/ent7.html

Rastafari Indigenous Village. (s.d.). Récupéré sur http://rastavillage.com/

Réseau de Veille en Tourisme. (s.d.). Récupéré sur http://veilletourisme.ca/2012/07/17/le-tourisme-communautaire-ajoute-une-couleur-locale-a-la-durabilite/

Squat du Monde. (s.d.). Récupéré sur http://www.squatdumonde.blogspot.ch/

Téoros. (s.d.). Récupéré sur http://teoros.revues.org/1048

Voyages pour la Planète. (s.d.). Récupéré sur http://www.voyagespourlaplanete.com/tag/tourisme-communautaire/

Wikipédia. (s.d.). Récupéré sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Christiania_%28Danemark%29

This slideshow requires JavaScript.

LA POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE DU GROUPE MARRIOTT ET L’IMPORTANCE DE LA CERTIFICATION LEED

Le groupe Marriott fait partie des trois plus grands groupes hôteliers au monde avec plus de 3’000 hôtels. Sensible aux besoins de l’environnement et envieux d’attirer encore plus de clients, le groupe américain a décidé de renforcer sa politique environnementale. En effet, une de ses grandes préoccupations est la construction de bâtiments « verts ». L’entreprise veut prouver par là qu’elle s’investit réellement dans le domaine écologique. La récompense ultime pour ce genre d’investissement est l’obtention de la certification LEED (Leadership in Energy and Environmental Design). Cette dernière est décernée par le U.S. Green Building Council et récompense tous les bâtiments favorisant la protection de l’environnement.

politique environnementale Marriott

703c_Politique environnementale Marriott_EC1-1

Auteurs : Aline Burri, Joël Alberto Mateos, Julien Petit, Michaël Pottier.

Catégorie : Hébergement, Environnement

Mots-clés : Marriott, LEED, écologie, environnement, bâtiment.

Sources :

Wikipedia (2012a). Green Building Council. Récupéré le 3 novembre 2012 sur, http://en.wikipedia.org/wiki/Green_Building_Council

Wikipedia (2012b). Leadership in Energy and Environmental Design. Récupéré le 2 novembre 2012 sur,

http://fr.wikipedia.org/wiki/Leadership_in_Energy_and_Environmental_Design

Inhabitat (2012). Federal LEED Certified building projects. Récupéré le 2 novembre 2012 sur, http://inhabitat.com/federal-leed-certified-building-projects-increase-by-more-than-50-in2012/

Aertc (2012). Partners. Récupéré le 2 novembre 2012 sur, http://www.aertc.org/partners.asp

U.S. Green Building Council (2012). U.S. Green Building Council. Récupéré le 2 novembre 2012 sur, https://new.usgbc.org/

Marriott International, Inc (2012)., Marriott Environmental Public Policy Statement. Récupéré le 26 octobre 2012 sur, http://www.marriott.com/Multimedia/PDF/CorporateResponsibility/Environmental_Public_Policy_Statement.pdf

Marriott International, Inc (2012). 2011-2012 Sustainibility Report. Récupéré le 26 octobre 2012 sur, http://www.marriott.com/Multimedia/PDF/CorporateResponsibility/MarriottSustainabilityReport_2011and2012condensed4MB.pdf

Marriott International, Inc (2010). Marriott Headquarters Wins the Gold Medal for Green Buildings. Récupéré le 28 octobre 2012 sur, http://news.marriott.com/2010/04/marriott-headquarters-wins-the-gold-medal-for-greenbuilding.html

Renner L. (2010). Strategic Analysis of Marriott International, Inc. Récupéré le 26 octobre 2012 sur, http://aladinrc.wrlc.org/bitstream/handle/1961/9401/Renner,%20Lauren%20-%20Spring%20’10.pdf?sequence1

Source image: voir ppt

Accor et sa politique de développement durable

La prise de conscience de l’importance du développement durable n’a cessé de croître ces dernières années et la branche hôtelière lui attribue un rôle important. En effet, les hôtels consomment beaucoup d’énergie et la construction d’établissements engendre de nombreux impacts négatifs sur l’environnement. C’est pourquoi depuis quelques années, certains hôteliers sont devenus sensibles à ce problème. Nous avons choisi de nous intéresser au groupe Accor, le pionnier dans le domaine du développement durable. Nous nous sommes basées sur l’analyse du site internet du groupe pour ensuite effectuer une critique de la politique de développement durable d’Accor, elle-même basée sur l’analyse de Gilles Caire (2004).

703d_accor et sa politique de développement durable_etude_de_cas

Caire, G. (2004). Une évaluation critique de la politique de développement durable du groupe Accor. La dynamique de l’évaluation face au développement durable, L’Harmattan, Limoges.
Guillon, B. (2004). A propos de l’intégration de l’écologie dans la stratégie marketing d’une enseigne spécialisée dans le tourisme. Revue française du marketing, 200(5-5), 91-99.
Accor (2012). Premier opérateur mondial dans l’hôtellerie. Consulté le jeudi 11 octobre 2012 sur : http://www.accor.com/fr.html.
Ecpat (2012). Mettre fin à l’exploitation sexuelle des enfants. Consulté le 2 novembre 2012 sur : http://www.ecpat-france.fr/.

Le Couchsurfing

Qu’est-ce que c’est ?

Couchsurfing (traduction approximative : « passer d’un canapé à l’autre ») est un réseau social mondial de plusieurs millions de membres prêts à s’offrir l’hospitalité les uns les autres. Il a été créé en 2004 par Casey Fenton, un américain qui, 5 an plus tôt, était en voyage en Islande et, dans l’espoir de rencontrer des gens au cours de son voyage, a envoyé des emails à des étudiants de l’université de Reykjavik pour se présenter et demander si quelqu’un serait prêt à l’héberger gratuitement. Il reçut tellement de réponses positives qu’il réalisa qu’il existait une énorme communauté à la recherche de voyages centrés sur la rencontre d’autres personnes. C’est ainsi Couchsurfing est né.

Couchsurfing permet donc de se loger gratuitement dans le monde entier et offre la possibilité d’entrer en contact avec les habitants des pays visités. Le système fonctionne dans les deux sens; on peut soit se faire héberger lors de nos voyages, soit accueillir des voyageurs qui souhaitent découvrir notre région.

Couchsurfing n’offre pas qu’un hébergement; il permet aussi et surtout de faire la connaissance de personnes de langues et de cultures différentes pour un moindre coût et en toute sécurité grâce à sa plate-forme en ligne. Le couchsurfing n’a pas de frontières !

Comment ça marche ?

Il faut se rendre sur www.couchsurfing.org et créer un profil. On y indique alors ses informations personnelles ainsi que ses intérêts, afin de fournir le plus de renseignements possibles aux utilisateurs pour faciliter leur choix et leur permettre de cibler leurs hôtes potentiels favoris.
Sur notre profil, nous indiquons aussi nos conditions d’hébergement ainsi que nos disponibilité : par exemple le nombre de visiteurs accepté ou encore les dates auxquelles nous pouvons accueillir des gens.
Le site est gratuit et permet de communiquer avec tous les autres membres au moyen d’une interface présente sur le site. Il n’est pas obligatoire d’accueillir des gens chez soi, il est également tout à fait courant d’indiquer que nous désirons uniquement aller boire un verre avec un membre afin d’échanger sur nos expériences et nos cultures respectives. Le couchsurfing ne repose donc pas forcément sur un système de réciprocité.
Lorsque l’on trouve un profil qui éveille notre intérêt, nous pouvons communiquer avec lui par mails, et ainsi fixer les conditions du séjour. Par la suite, il est possible sur le site de noter et d’évaluer nos hôtes afin de fournir des références aux autres utilisateurs.
Il existe certaines règles de sécurité pour éviter tous les problèmes pouvant être causés par la rencontre avec de parfaits inconnus. Il y a notamment une règle appelée « cautionnement » qui permet à des membres de recommander certains hôtes en se portant garant. Il est également possible de se faire « vérifier » en se faisant envoyer une carte postale payante via le site internet officiel. Couchsurfing.org nous demandera alors nos informations de cartes bancaires afin de payer la carte et pourra en même temps vérifier que nos informations sont bien les mêmes que celles indiquées sur le site. Cette option de vérification permet d’offrir plus de sûreté aux personnes intéressées par notre profil.

Situation en Suisse 

Le couchsurfing est un mode d’hébergement qui prend de plus en plus d’ampleur dans notre pays. On dénombre une augmentation de 50% du nombre d’utilisateur de ce moyen d’hébergement en un an. En effet, beaucoup de personnes, notamment les jeunes, ne peuvent plus se permettre d’aller dans des établissements touristiques. A cause notamment du contexte économique qui, avec le franc fort, a obligé certains à trouver des moyens meilleurs marché afin de partir en vacances. Le couchsurfing apparaît donc comme la manière idéale afin de voyager à moindre coût.

Quelques chiffres

  • 5.5 millions de couchsurfeurs.
  • 97’000 villes.
  • 207 pays.
  • 366 langues parlées.
  • Naissance du site en 2003.
  • Fin 2012, plus de 20 millions d’expériences.
  • 5.6 millions de nuit surfée.
  • Le plus de nuits surfées par un seul couchsurfeur : 689
  • Le plus de nuits accueillies par un hôte : 2593
  • Le plus de langues parlées par un seul couchsurfeur : 10 (Anglais, Espagnole, Français, Italien, Allemand, Néerlandais, Hindi, Persan, Sanskrit, Marathi)
  • Le plus de pays visités par un seul couchsurfeur : 197

Expérience personnelle à Hong Kong (Vincent Weil) :

Vendredi 24 avril 2009, ma copine et moi arrivons dans la métropole de Hong Kong. Pas de problème pour trouver un hôtel, nous avions déjà tout prévus.

Un mois auparavant nous avions contacté un certain Stewart Mackenzie vivant dans les « new territories » au nord de la province. Après un rapide échange de 3 emails avec Stewart lui expliquant notre voyage et qui nous étions, nous recevons par email son adresse et comment nous y rendre facilement.

Notre hôte nous accueille à bras ouverts, nous montre notre canapé et nous confie les clés de chez lui. Il nous explique qu’il sera absent la plupart du temps mais que nous sommes ici comme chez nous. Après quelques jours de visite de la ville, nous retrouvons notre hôte. Il nous prépare un délicieux repas que nous dégustons avec sa femme puis il nous prépare des fiches de Chinois pour la suite de notre voyage.

Cette première expérience a vraiment été parfaite. Un accueil et une confiance incroyable de la part d’un parfait inconnu. S’ajoute à cela la découverte de lieux d’habitation en dehors des zones touristiques de base et le sentiment de connaître quelqu’un sur place si nous avions le moindre problème.

Présentation PowerPoint : Couchsurfing

Auteurs :

Vincent Weil, Adrien Humair et Boris Rudaz

Souces :

Prognose für den Schweizer Tourismus von BAKBASEL

Die wirtschaftlichen Rahmenbedingungen für den Schweizer Tourismus stehen zurzeit nicht gut, was vor allem auf den starken Schweizer Franken gegenüber dem Euro und dem Dollar zurückzuführen ist. Der stützende Binnenkonsum, sowie die starken Fern-und Wachstumsmärkte sollten jedoch weitere Logiernächteeinbrüche verhindern. «Die Ferienplanung geht verstärkt über das Portemonnaie, was die Schweiz zusammen mit dem starken Franken besonders trifft», so Christoph Juen, CEO von Hotelleriesuisse.

Um dem  Starken Franken entgegenzuwirken, drückten, viele Ferienregionen die Preise. Ausserdem wird darauf geachtet, dass der Euro, nicht mehr unter die 1.30 Grenze fällt.

Für 2013 ist laut BAKBASEL eine Beschleunigung der Konjunktur auf 3.3% zu erwarten. Das Wachstumstempo der Schweizer Wirtschaft verlangsamte durch die Krise, ist jedoch erstaunlich robust geblieben, da es zu keiner Eskalation der Euro-Schuldenkrise kam und es für die wichtigen Handelspartner der Schweiz wie Deutschland und der USA bessere Aussichten gibt.

Bis zum Jahresende 2012 erswartet BAKBASEL keine Abwertung des Schweizer Frankens gegenüber dem Euro. Sie gehen jedoch davon aus, dass 2013 und 2014  durch den Abwertungsdruck der Schweizer Tourismus entlastet wird. Ausserdem wird von einem weitereren Anstieg der Bauinvestition in der Schweizer Beherbergungs-und Gastronomiebauten ausgegangen. Vor allem in der Zentralschweiz wird kräftig investiert.

Im Tourismusjahr 2014 wird ein Anstieg der Hotelübernachtungen um 2.7% erwartet. Die Zunahme der Nachfrage der Ausländer wird auf 4.4% geschätzt. Das ist darauf zurückzuführen, dass nach fünf schlechten Jahren, der Aufholprozess einsetzen wird.  Dazu kommt, dass sich die gestiegenen Bauinvestitionen bezahlt machen dürften.

Im Schweizer Gastegewerbe wird 2013 ein Plus von 2.5% und 2014 ein Plus von 3.4% erwartet, was einen Anstieg der Bruttowertschöpfung mit sich bringen wird. Danach wird diese Entwicklung wieder stabil werden. BAKBASEL geht mittel-und langfristig von einem jährlichen Wachstum der realen Wertschöpfung von 1% bis 1.5% aus. Bei den Tourismusexporten wird in diesen Jahren mit einem Anstieg von 2.2% bzw 4.7% gerechnet.

Für 2013 werden für die realen Verkehrserträge der Schweizer Bergbahnen ein Anstieg von 2.9% erwartet. Dieses ist darauf zurückzuführen, dass die Logiernächte ansteigen und die Tagesgäste aus der Schweiz dank günstiger Binnenkonjunkture sich vermehren werden. Die realen Verkehrsumsätze werden um 4.4% ansteigen, vor allem durch den erwarteten Anstieg der Übernachtungsgäste.

Diese Prognose für den Schweizer Tourismus bringt natürlich Unischerheiten mit sich. Zu den wichtigsten Prognoserisiken zählen die Witterungsbedingungen, sowie die politischen und ökonomischen Rahmenbedingungen. Vor allem die Eurokrise bringt ein grosses Risiko mit sich. Die verschiednenen Massnahmen in der Eurozonen haben die Probleme zwar verschoben aber nicht gelöst. Eine noch negativere Konjunkturentwicklung und ein Anstieg des Schweizer Franknens ist nicht auszuschliessen. Dies hätte natürlich fatale Folgen auf den Schweizer Tourismus. Bezüglich dem Schweizer Arbeitsmarktes gibt es ein positives Prognoserisiko. Trotz der grossen Arbeitslosigkeit in anderen Staaten, hält sich die Schweiz erstaunlich gut.

Die Risikofaktoren Umwelt und Geopolitik lassen sich nur sehr schwer bis gar nicht einschätzen. Unvorhersehbarbare Naturereignisse können jederzeit eintreffen und Konsequenzen auf den internationalen Reiseverkehr haben. Politische Krisen können den internationalen Reiseverkehr verlangsamen. Zum Beispiel könnte eine Verschärfung des Konflikts zwischen dem Iran und Isreal Folgen auf die Region haben und damit die Ölpreise in die Höhe treiben. Nach wie vor besteht ausserdem das Risiko von Terroranschlägen.

BAKBASEL erarbeitete diese Prognose anhand eines statistisch-ökonometrischen Modells. Die Prognosen werden zweimal pro Jahr im Auftrag vdes SECO durchgeführt.

 

Quellen

BAKBASEL Studie, Prognose für den Schweizer Tourismus, Ausgabe Mai 2012

http://www.tagesschau.sf.tv/Nachrichten/Archiv/2012/08/06/Wirtschaft/Euro-Krise-setzt-Schweizer-Hotelbranche-stark-zu

Autor: Yasemin Rende 703a

 

cAir – Die künftige Traum-Airline für Familien!

Reisen mit der ganzen Familie stellt  bereits schon im alltäglichen Leben eine grössere Herausforderung dar. Das Fliegen ist dabei wahrlich die Königsdisziplin. Bereits schon beim Checking, oder wenige Minuten nach dem Abheben, kann aus einem spassigen Höhenflug eine Tortur für Familie oder anderen Mitreisenden werden.

Vor wenigen Monaten hat die Fluggesellschaft Malaysia, und kürzlich auch die Asia Air bekannt gegeben, kinderlose Reisen anzubieten. Toll finden dies viele Reisenden – Familien sehen darin oft eine Diskriminierung.

Mitte Oktober 2012 stellte die Kalifornische Design Agentur RKS ihr, neues innovatives Konzept vor: Die Traumairline für die Familie! Eine Fluggesellschaft, welche sich ausschliesslich auf die Familien ausrichtet d.h. vom kinderfreundlichen Check-In, über Essen und Spiele und zweckmässige Ausstattung und Anordnung des Flugzeuges. Die kalifornischen Designer sprechen Ihrer Innovation gute Chancen zu, und lässt die Herzen flugbegeisterter Familien schon mal etwas höher schlagen.

Ob sich das Projekt, angesichts der eher schwierigen Lage im Flugbusiness, wirklich so umsetzten lässt, steht wahrscheinlich noch fern am Horizont – oder in den Sternen?

Autoren: Bruno Krummenacher, Rahel Knecht

PPP: cAir_Praesentation

Quellen:
http://www.tagesanzeiger.ch/leben/reisen/Die-TraumAirline-fuer-Familien/story/25205167
http://vimeo.com/rksdesign/cair