Breakfast NY : Points Smart Sign, a tourism innovation

 

Capture d’écran 2014-06-10 à 15.57.15Breakfast NY is a company creating innovative technology products. Its aim is to change how people interact with the web in the real world. It has created Points Smart Sign, an advanced directional sign. It shows what we can do, activities, shops available in the surroundings. This sign is regularly updated according to the time of the day. People can press on the buttons according to what they are looking for.

Authors:
Mergim Vladaj
Cindy Voide
Martina Wiederkehr

Powerpoint presentation: Points Smart Sign

Sources

 

Advertisements

Mountain Resort Nordamerika

f

In den letzten Jahren investierten die Bergdestinationen vermehrt in den Vier-Jahreszeiten-Tourismus. Vorbei sind die Zeiten, als sich die Destinationen alleine auf den durch das Skifahren generierten Umsatz verlassen konnten. Wie eine Umfrage von 2011 des Ski Area Management (SAM) Magazin zeigt, sind von 100 der befragten nordamerikanischen Skigebieten, 44% das ganze Jahr über geöffnet.
Mit Blick auf die Finanz-und Umweltfragen sind Tourismusanbieter miteinander am wetteifern, um erfinderische Produkte und Dienstleistungen zu entwickeln, die einer zunehmenden Nachfrage gerecht werden können. Der Trend richtet sich nach Bergdestinationen, wie Whistler Mountain in Kanada. Mit umfangreichem Angebot an Sommeraktivitäten werden die Leute auch in der eher schwachen Saison in die Berge gelockt.

Autoren:
Klasse 702_b Veronique Schneuwly, Delia Spicher
Quellen:
http://www.whistler.com/activities/summer/
http://tourismintelligence.ca/2011/11/15/mountain-destinations-trends-and-best-practices-in-tourism

PP:
Berg Destinationen

Fallstudie: Krisenmanagement im Tourismus

Ein gutes Krisenmanagement ist heute im Tourismus nicht mehr wegzudenken. Jede Tourismusorganisation sollte heutzutage über ein durchdachtes Krisenmanagement verfügen. Damit kann ungewollte, negative Werbung aufgrund falscher Reaktionen (z.B. auf Terroranschläge) vermieden werden.

In dieser Fallstudie werden Handlungsempfehlungen in einer solchen Situation anhand zweier Fallbeispiele aus den USA und aus Grossbritannien aufgezeigt. Anschliessend folgen eine Synthese der Schlussfolgerung und die persönliche Einschätzung der Verfasserinnen dieser Fallstudie für den Schweizer Tourismus.

11. September 2001

.
Fallstudie Krisenmanagement im Tourismus

Autorinnen: Johanna Schnider & Jasmine Noti

Mini-Fallstudie zu den Auswirkungen der Klimaveränderung auf Ski-Destinationen

Image

In den letzten Jahren haben die Winterresorts und Ski-Destinationen immer mehr mit dem Klima zu kämpfen. Viele Destinationen müssen immer mehr Schneekanonen einsetzen und andere sehen sich gar gezwungen die Destination zu schliessen. In dieser Mini-Fallstudie werden drei Studien analysiert und verglichen. Alle drei Studien sprechen von den klimatischen Auswirkungen auf den Wintersport. Die erste Studie wurde für die USA und Kanada realisiert, die zweite für den Vermont und die dritte schliesslich für Österreich und Deutschland.

Fallstudie Klima und Wintersport

Autoren: Sarah Guidon & Corentin Kunkel

Global mountain tourism current and future conditions

bild incoming

Mountains are important assets for the tourism industry. They take up an estimated share of 15-20% of the global tourism market, generating between 100 and 140 billion US$ per year. The winter tourism is more developed but will decrease in the future. There will be less snow because of the global warming. The summer activities like hiking, climbing and mountain biking need to get more advertised. The mountain industry has to minimize the seasonal effect and diversify the supplies.

Authors: Maya Simon, Stefano Maioglio, Jonathan Evequoz, Andreea El Fakih, Martina Wiederkehr

sources:

Links: http://www.mtnforum.org/search/site/mountain%20tourism

http://www.whistler.com/stats/

Mountain Tourism powerpoint

Snowkiting

Imaginé par un surfeur américain dans les années ‘80, en vogue sur les vagues hawaïennes dès la fin des années ’90, le «surf cerf-volant» a traversé les océans pour atterrir sur les pistes enneigées des Alpes. Sur skis ou sur snowboard, le snowkiting s’enseigne comme en témoigne l’ouverture d’une école à Ried-Brigue, région du Simplon pauvre en lignes à haute tension. De la croisière tranquille aux sauts acrobatiques, la glisse en cerf-volant est ouverte à tous. La technique serait d’ailleurs beaucoup mieux maîtrisable sur la neige que sur l’eau, assurent les spécialistes.

.snowkiting Simplon

Nous avons pu constater qu’il y a des écoles qui proposent cette activité en Suisse  au Simplon ou Silvaplana aux Grisons. Une école a d’ailleurs fermée ses portes à Champéry. Autrement, cette activité est pratiqué un peu partout au monde comme en Russie, Canada, France , Suisse, Autriche, Norvège, Suède et bien sûr au nord des Etats-Unis.

La Swiss Snowkiting School propose des cours de snowkiting au Simplon Pass et aussi du snowkite safari en petit groupe.

snowkiting

Nous avons pu prendre contact avec le responsable Monsieur Pascal Nessier et qui a eu la gentillesse de répondre à nos questions par e-mail :

Aline & Benoît : Nous aimerions savoir depuis combien de temps votre école est ouverte ?

M.Nessier : Notre école est ouverte de décembre à avril et cela dépend aussi des conditions de la neige. Nous proposons nos cours depuis 10 ans maintenant.

Aline & Benoît : Quel est l’âge de la clientèle, jeune ou l’âge n’est pas important ?

M.Nessier : Nous avons une clientèle de tout âge, principalement entre 25- 50 ans

Aline & Benoît : Est-ce qu’il y a des clients qui font cette activité pour la compétition comme pour le Global Tour 2013 en Suisse ?

M.Nessier: Les clients que j’ai, ne viennent pas pour s’entrainer pour la compétition. Les personnes qui font de la compétition s’entrainent soi-même.

Aline & Benoît : Est-ce que vous envisagez d’ouvrir une école dans un autre pays ou ville ?

M.Nessier : Jusqu’à présent, je ne planifie pas d’ouvrir d’autre école .

Aline & Benoît : Y a-t-il de la concurrence dans votre branche avec d’autre école.

M.Nessier : Il n’y a pas vraiment de compétition. Il y a d’autre école en Suisse mais ne sont pas professionnelles en Valais. C’est limité selon l’espace de l’enseignement comme par exemple au Simplon.

Grâce aux renseignements fournis par Monsieur Nessier, nous pouvons remarquer que les personnes intéressées et qui pratiquent cette activité sont bien de tout âge. Ceci nous montre que le snowkiting touche un large public. Cependant, nous constatons que cette activité dépend également des conditions météorologiques tout comme le ski.

Il y a aussi différents forums qui ont été créé pour échanger les expériences, vidéos entre internautes. Nous avons pu voir que c’est une activité riche en émotion. Un championnat du monde de snowkiting de longue distance va se dérouler cette année au mois d’avril en Norvège.

Cependant en Suisse il y a des réglementations à propos du snowkiting. Il est pratiqué dans le pays un peu partout mais il n’est pas autorisé sur les pistes de ski balisées car il y a trop de risques de collisions avec d’autres skieurs. De plus la présence des câbles des remontées mécaniques peut s’avérer très dangereuse. D’après le directeur des remontées mécanique de Grimentz-Zinal, il serait inconscient de pratiquer cette activité au milieu d’autres randonneurs ou skieurs. Selon lui, l’office fédéral de l’aviation civile décide de l’attribution des autorisations des sports de glisse sur neige à voile. Après avoir contacté l’OFC, la réponse à la question de l’autorisation de pratiquer le snowkiting sur des pistes balisées est bien évidemment négative. En Suisse la pratique du snowkiting se fait sur différents « spots ». Les spots sont découverts par des snowkiteurs. Pour citer les plus connus de Suisse, on trouve Le Pas de Cheville, le col de Grimsel, le col du Simplon, le col de Balme, les Crozets, le Chasseral.

Le snowkiting a pu s’imposer à travers ces dernières années tant sur la scène mondial et tant en Suisse. Les écoles sont présentes ce qui signifie qu’il y a une demande de la part des skieurs et snowboaders et aussi cette activité est proposé dans les Smartbox. Nous vous conseillons de faire un essai cet hiver pour être dans le vent !

snowkiting

Perroud Aline & Caloz Benoît 701D

Source :

Contact téléphonique du 3 janvier 2013 avec les remontées mécaniques de Zinal- Grimentz

Contact téléphonique avec l’OFAC pour la réglementation des sports de glisse à voile

Contact téléphonique avec l’Association Suisse des parapentistes

Ecole de Snowkite Suisse : http://www.snowkiting.ch

E-mail échangé avec M. Nessier en janvier 2013

Forum: http://www.kiteforum.com/viewtopic.php?f=6&t=2312296

Snowkite festival Amerique: http://www.snowkitetour.com/

Snow kiting Guide www.Kiteteam.ru

Snowkite : http://fr.wikipedia.org/wiki/Snowkite

Swiss Riders Community www.kitesnow.ch

SKI RESORTS AND ACCOMODATION FOR PHYSICALLY CHALLENGED PEOPLE

survey of the actual situation in Switzerland and abroad by Karl Arsiriy

Disabled skiing

Introduction highlighting importance of the studied subject:

One cannot deny that tourism is about service. And the concept of service itself means not only being as appropriate and adequate as possible, but also exceeding the customer’s expectations. As for the ski resort, the most fashionable ones must have understood long time ago the importance of accommodating physically challenged people and advertising and public relation’s benefits of such developed infrastructure.
The purpose of this mini-research itself was to benchmark different ski resort and analyse the range of their proposals and possibilities related to the disabled-skiing and other similar activities.
Gathering relevant and complete data might be a task for a special full-sized survey. Our mini-case study limits impose certain shortening of accumulated information in order to avoid data dump.

CASE STUDY


1. Swiss Way of doing it

Several Swiss ski resorts have been chosen to illustrate the way Swiss snow tourism tends to welcome disabled people and skiers in particular.

The chosen Swiss resorts are Zermatt, Verbier and St Moritz. After a thorough yet rather superficial study it has been established that all three share the same policy consisting of allowing the willing ski and snowboard schools to undertake at their own responsibility the activity of teaching disabled people or providing them with good quality guidance and assistance throughout their holidays and staying.

Such organisations as so-called ES (stands for European Snowsport) Adaptive Ski school, try to take care of their clients treating them equally with common ones. The term “Adaptive Skiing” is a newly introduced one and refers to the need of one to adapt their teaching and security methods for every particular client, and therefore this phenomenon demonstrates spectacular flexibility which we unfortunately lack in several other less complicated sub-domains of tourism industry.

But there is still place for some technical issues. The example of Verbier ski resort illustrates us that not all of ski lifts are suited to respond the special needs of physically challenged people, and so far the author of this article may compare previous years to the year 2012 and tell that the situation is slowly improving. The same applies to the parking lots and other indirect challenges.

Consider the following information for the purpose of benchmarking: in Lombardia the ski resort of Bormio claims ” The parking lots are situated next to the cableway Bormio-Bormio 2000; the reserved spots for disabled persons are indoor below ground and it is possible to reach the cableway level directly by elevator. The BormioSki staff has been educated and the lifts renewed in order to welcome people with disabilities. The accommodation facilities in Bormio 2000 were recently rebuilt and architectural barriers were taken away”.

2. Instead of conclusion:

The main purpose of the study however was to find out whether our local service makes its stand facing North American concurrence.
For instance I found out that in Aspen, USA, the spectre of opportunities is larger than the one we have in our homeland. There are several unique programs
developed there, such as “Challenge Aspen”, which not only provides wounded military with extra quality skiing service, but also aims to accompany them through
the entire process of adaptation to their current new conditions using sport as a proper tool. However, one cannot blame Swiss resorts of lacking this opportunity because of one simple fact: Swiss army positions itself neutral in current war conflicts and therefore the number of soldiers requiring this kind of help happens to be close to zero. But in the long term, introducing such a program even for the fewest military might be perceived as an act of courage and care.

Sources:

http://equi-ski.com/
http://www.crystalski.co.uk/disabled-skiing/
http://www.challengeaspen.org/
http://www.whistlerblackcomb.com/lessons-and-rentals/lessons/adaptive-program/index.aspx
http://www.dsusafw.org/winter.shtml
http://www.bormioski.eu/en/inverno/servizi/accesso-disabili/
http://www.verbier.ch/fr/

Video:




Images:


Parcs aquatiques: urgence d’adopter une politique environnementale durable

RÉSUMÉ

Les parcs de loisirs sont aujourd’hui des leaders et surtout des exemples en matière de management dans la branche du tourisme. Cependant, ce travail s’intéresse aux parcs aquatiques d’un point vu essentiellement écologique. Cette étude de cas cherche à savoir ce qui est mis en place par les parcs aquatiques afin de minimiser leur empreinte environnementale. Sauf de rares exceptions, même les plus grands groupes internationaux qui possèdent des parcs aquatiques n’ont toujours pas adopté de politique environnementale durable.

Dans un premier temps, il est question des principaux groupes internationaux de parcs de loisirs et de l’absence de tout engagement écologique. Dans un deuxième temps, non seulement les conséquences sur l’environnement d’une telle consommation d’eau sont discutées, mais des solutions existantes d’amélioration de la gestion de l’eau, comme les normes ISO, sont aussi présentées. Dans un troisième et dernier temps, ce document traite de la politique environnementale des sites français Center Parcs en tant qu’exemple.

Mots-clés : POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE – PARCS AQUATIQUES – CONSOMMATION D’EAU – DEVELOPPEMENT DURABLE- CENTER PARCS

PageGarde + Poster – EC1

ETUDE DE CAS – Parcs Aquatiques – Urgence Politique Environnementale

Auteurs: Géraldine JACOT, Marc BÜRKI, Dylan ODENWALD, Tiago FERREIRA et Timothy SCHMID

http://www.centerparcs.ch/CF/CH/domaines/troisforets_moselle_lorraine/aqua-mundo

SOURCES

Iso.org. (2012). ISO 14001 :2004. Récupéré sur http://www.iso.org/iso/fr/home/store/catalogue_tc/catalogue_detail.htm?csnumber=31807

Veilletourisme.ca. (2012). Tendances et bonnes pratiques dans les complexes aquatiques extérieurs. Récupéré sur http://veilletourisme.ca/2012/09/05/tendances-et-bonnes-pratiques-dans-les-complexes-aquatiques-interieurs

Le Monde.fr. (2012). Combattre la crise de l’eau, une urgence pour l’ONU. Récupéré sur http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/03/11/combattre-la-crise-de-l-eau-une-urgence-pour-l-onu_1166409_3244.html

Droitsenfant.org. (2012). Droit à l’eau dans le monde : situation du droit à l’eau des enfants dans le monde. Récupéré sur http://www.droitsenfant.org/situation-monde/droit-a-l-eau/

Vedura. (2012).consommation de l’eau. Récupéré sur http://www.vedura.fr/environnement/eau/consommation-eau

Waterparks.org.(2012). World Waterpark Association. Récupéré sur http://www.waterparks.org/convention.asp

Environnementalleader. (2012). First Steps for Sustainable Waterparks. Récupéré sur http://www.environmentalleader.com/2011/08/23/first-steps-for-sustainable-waterparks

IAPPA. (2012). Funworld Collections – Waterparks. Récupéré sur http://www.iaapa.org/docs/safety/funworld-waterpark-collection.pdf?sfvrsn=0

Centerparcs. (2012). Center Parcs, un engagement naturel. Récupéré sur http://www.domainescenterparcs.com/landing_pages/dossier_de_presse/environnement_nature08.pdf

E-voyageur. (2012). Caribe aquatic parc piscine. Récupéré sur http://www.e-voyageur.com/photo/caribe-aquatic-parc-piscine.htm

Center Parcs. (2012). Informations sur le groupe Center Parcs. Récupéré sur http://www.centerparcs.fr/FR/FR/infos_pratiques/informations_groupe

Fundaciòn Aspro Ocio. (2012). Index. Récupéré sur http://www.aspronatura.es/index.php?wlang=en

Fundaciòn Parques Reunidos. (2012). Fundaciòn Parques Reunidos. Récupéré sur http://www.parquesreunidos.com/blog/

Mack Rides GmbH & Co KG. (2012). Home – News. Récupéré sur http://www.mack-rides.com/

Parques Reunidos S.A. (2012). El parque en numeros. Récupéré sur http://www.parquesreunidos.com/el-parque-en-numeros.php

Parques Reunidos S.A. (2012). El grupo. Récupéré sur http://www.parquesreunidos.com/el-grupo.php

Disney face à la mondialisation: Quelle identité culturelle pour Tokyo Disney Resort?

Résumé:

Cette étude a été réalisée dans le cadre du module 713, tourisme international. Elle a pour but d’analyser l’article écrit par Raphaël Languillon, traitant de la procédure d’implantation d’un parc Disney à l’étranger, plus précisément au Japon, à Tokyo, ainsi que les différents problèmes qui en découlent.

Le Tokyo Disney Resort (TDR), inspiré des parcs Disney américains, semble s’être développé telle une enclave de divertissements américaine, isolée du reste de l’agglomération tokyoïte. En effet, le complexe ressemble à une bulle posée sur la mer. L’implantation de Disney à Tokyo révèle une adaptation de Disney au Japon, mais aussi une adaptation du Japon à Disney. De plus, le TDR jouit d’une particularité, car il ne se trouve pas en main de la Walt Disney Company (WDC), qui gère l’ensemble des autres parcs Disney dans le monde. Le parc de Tokyo pose ainsi des questions spatiales, sociales, et économiques face aux autres complexes Disney. Ce travail se propose d’analyser les conséquences au niveau culturel mais aussi financier, foncier et spatial au sujet de la rencontre d’une part d’un pays économiquement très fort et d’autre part d’un géant du divertissement.

 

 

 

 

Auteurs:

Samantha Pereira Lima, Laurie Saucy, Audrey Delaunois & Estelle Perruchoud

Sources:

Languillon, R. (2008). Tokyo Disney Resort : enclave américaine en territoire japonais ? Mickey au défi du Japon. FIG Saint-Dié-des-Vosges. Consulté le 27.09.2012, disponible sur : http://archives-fig-st-die.cndp.fr/actes/actes_2008/languillon/TexteLanguillon.pdf

CNN Money – Fortune Magazine. (2012). Fortune 500, our annual ranking of America’s largest corporations. Consulté le 13.10.2012, disponible sur : http://money.cnn.com/magazines/fortune/fortune500/2010/industries/145/index.html

LogoTypes101. (2012). Free vector logo Tokyo Disney Resort. Consulté le 15.10.2012, disponible sur : http://www.logotypes101.com/logos/682/71E78EEE2FF83F1B237AE0D3F432066E/Tokyo_Disney_Resort.png

Tokyo Disney Resort, official website. (2012). Access and maps. Consulté le 15.10.2012, disponible sur : http://www.tokyodisneyresort.co.jp/en/about/oh/images/gn_map.gif

Travel-Images.com, the Global Image Bank. (2012). Images of Japan 81. Consulté le 15.10.2012, disponible sur : http://www.travel-images.com/pht/japan81.jpg

Disneyland Paris. (2012). La magie en chiffres. Consulté le 21.10.2012, disponible sur : http://corporate.disneylandparis.fr/notre-societe/la-magie-en-chiffres/index.xhtml

Disney Gazette. (2012). Disneyland Paris, 25 ans de rêves et de cauchemars. Consulté le 23.10.2012, disponible sur : http://www.disneygazette.fr/disneyland-paris-1992-1994-news-336.html

Wallcoo. (2102). Tokyo Disneyland Night Scene: Tokyo Disneyland Tour. Consulté le 01.11.2012, disponible sur :
http://www.wallcoo.net/human/tokyo_disney_land_2005-scene/html/wallpaper9.html

Dinosoria. (2012). Japon. Drapeau. Hymne. Consulté le 01.11.2012, disponible sur : http://www.dinosoria.com/pays/drapeaux/japon.jpg

123 Savoie. (2012). Drapeau Américain. Consulté le 01.11.2012, disponible sur : http://www.123savoie.com/pic/32/31362_t6.jpg

 

Documents:

703d_TokyoDisneyResort_EtudeCas

703d_TokyoDisneyResort_Powerpoint

Sub-Bahamas

Der Sub-Bahamas Scooter wurde in Florida vom Unternehmen Bell Aqua entwickelt, jedoch gibt es diese Attraktion nur in Nassau, der Hauptstadt der Insel Bahamas.

Wie funktioniert er?

Man sitzt auf dem Scooter und hat bis auf den Kopf alles im Wasser. Um die Atmung gewährleisten zu können, gibt es einen Helm der mit Luft zugeführt werden kann. Damit man sich fortbewegen kann, gibt es einen kleinen Motor, welcher es auch ermöglicht in verschiedenen Geschwindigkeiten vorwärts zu kommen. Ob links oder rechts, das kann selbst entschieden werden. Man kann damit bis 6 Meter unter die Wasseroberfläche gelangen. Um nicht zu tief zu gelangen und um die Sicherheit gewährleisten zu können, hängt der Scooter an einem Seil, welches am Boot festgemacht wird.

Die Kosten betragen CHF 120.- pro Stunde und zurzeit benützen ungefähr 60 Personen diese neue Attraktion pro Tag.

Quellen:

http://www.stuartcove.com/submain.aspx?id=4

http://videos.tf1.fr/50-mn-inside/emission-du-6-octobre-2012-7568807.html

Samstag, 6. Oktober 2012 ,  ab 47. Minute / TF1 – 50 min inside

Powerpoint

Autoren:

Alexa Chessex und Katja Biner