Tourisme durable – Le Maya Boutique Hôtel

Le Maya Boutique Hôtel est situé sur les hauteurs de Sion, dans le village de Nax, à 1300m d’altitude.

Cet établissement, construit entièrement à base de matériaux naturels, propose un concept de bien-être naturel dans une atmosphère calme et pure. Il met en avant les valeurs de respect entre l’homme et la nature.

Cet établissement s’inscrit dans le tourisme durable, mais comment définir cette notion ?Selon l’UNWTO (organisation mondiale du tourisme), le tourisme durable optimise l’utilisation des ressources naturelles et contribue à leur conservation, tout en proposant un haut niveau de satisfaction au visiteur par des expériences innovantes en relation avec la nature, et dans le respect de l’authenticité du lieu.

maya_guest_house

Le Maya Boutique Hôtel s’inscrit dans le concept de tourisme durable au niveau de la construction du bâtiment : en effet, les murs porteurs sont constitués en botte de paille, élément naturel faisant office d’isolant.Les murs extérieurs sont recouverts de chaux, tandis que les murs intérieurs sont recouverts d’une peinture à base d’argile. La couverture est faite à l’aide de tavillons, et tout l’aménagement intérieur a été réalisé en bois.De plus, le bâtiment est autonome énergétiquement à 80% grâce à un four à bois, à des panneaux solaires, mais également à la conception du bâtiment qui permet d’utiliser au mieux l’énergie produite par le rayonnement solaire.

Mais l’établissement rejoint aussi le concept de tourisme durable dans les valeurs qu’il souhaite transmettre au visiteur. Ses propriétaires nous ont expliqué vouloir proposer un produit axé welness naturel, notamment à travers l’atmosphère présente dans les chambres favorisant un sommeil agréable. La restauration proposée est également composée uniquement de produits du terroir.Le rapport entre la nature et l’homme est au centre du concept, cependant, les gérants souhaitent rester dans la simplicité et dans l’authenticité.

Afin de vraiment comprendre le concept, nous avons visité le Maya Boutique Hôtel mi-novembre. Nous avons été accueillis très chaleureusement par ses propriétaires, Lisa et Louis Papadopoulos, qui nous ont fait visiter l’établissement et avec qui nous avons pu nous entretenir afin de mieux comprendre leur vision du tourisme durable dans la région.

Sans oublier les antipastis à tomber par terre, la pizza fait maison à volonté et le dessert à se relever la nuit !

PDF: maya_guesthouse_hes_701_d

Liens:

http://mayaguesthousefr.wordpress.com/

http://www.maya-boutique-hotel.ch

Émission canal 9: https://www.youtube.com/watch?v=TrE99enscT0

Passe-moi les jumelles TSR (14:10): http://www.rts.ch/emissions/passe-moi-les-jumelles/5262759-du-foin-dans-les-toiles.html#.Uk8sDsmlmEU.facebook

Articles:

http://mayaguesthousefr.files.wordpress.com/2011/07/24heures-17-07-2013.pdf

http://sdt.unwto.org/fr/content/definition

Sources :

United Nation World Tourism Organisation (2013). Sustainable Development of Tourism – Definition. Récupéré sur: http://sdt.unwto.org/fr/content/definition

Image: récupéré sur: http://mayaguesthouse.wordpress.com/

Auteurs: Adrien Repond, Laurent Wider, Etienne Galley, Félicien Rey-Bellet

Le covoiturage pour les sports de glisse

SKISKI_Logo

Le covoiturage est la mise à disposition par un conducteur non professionnel de places dans sa voiture à d’autres personnes afin de réaliser un trajet en commun. SKiski.ch est une plateforme de covoiturage orientée « sports de glisse »  mettant en relation les personnes qui veulent se rendre en station de ski. Sur ce site, on peut chercher des trajets comme passager ou conducteur. Depuis cette année, skiski.ch fait partie intégrante du site Internet e-covoiturage.ch. Il collabore avec des stations tels que Thyon-Les Collons, Villars-Gryon ou encore Verbier. Ces derniers soutiennent skiski.ch avec des contributions financière, des prix à gagner lors de concours ainsi qu’un lien d’accès à skiski.ch sur leur site Internet. Quels sont les avantages du covoiturage en station et son développement en Suisse ?

Les avantages du covoiturage pour le tourisme sont multiples. Permettant de réduire l’empreinte carbone, il contribue à un tourisme durable. Il favorise aussi une diminution du trafic et bouchons présents aussi bien sur les autoroutes qu’à l’entrée des stations et leurs parkings. Une réduction des voitures en station évite une dégradation du paysage. Il est aussi important de souligner que certaines stations sont difficiles d’accès par les transports publics (liaison en bus et train souvent long et pénible) et le covoiturage peut ainsi les rendre plus atteignables. En outre, skiski.ch en collaboration avec e-covoiturage.ch ont lancé une application mobile disponible sur iOS et Android. Elle simplifie la mise en contact des personnes  et l’organisation du covoiturage.

Cependant, le covoiturage a de la peine à s’intégrer dans notre société. Le réflexe de partager sa voiture avec des inconnus est encore peu présent dans les esprits helvétiques. Tandis que le covoiturage des pendulaires se développe petit à petit, celui lors de loisirs a encore de la route à faire. Afin qu’un changement de mentalité s’effectue, il faut une volonté du peuple suisse qui doit être encouragée par la politique du pays. Des aires de covoiturages manquent, une communication moindre à l’échelle nationale est effectuée, la publicité n’est pas encore assez présente ou encore peu de stations de ski le promeuvent. Indépendamment des volontés, il y aura cependant toujours un problème logistique lié aux sports de glisse : une voiture adaptée pour accueillir tous les équipements.

En dehors de nos frontières, Avoriaz surfe sur la tendance du covoiturage en offrant à ses utilisateurs des points bonus, qui, une fois cumulés, permettent d’obtenir des journées gratuites de ski. C’est une réelle plus-value. A Paris,  le covoiturage est encouragé par des affiches publicitaires d’une grandeur non-négligeable et dans les bouches de métro, ce qui permet de toucher plus ou moins tous les parisiens. L’argument des économies pouvant être réalisées est mis en évidence et cela convainc. Pour le covoiturage en général, les Etats-Unis ont un système de voies réservées aux véhicules avec au moins 2 personnes à bord (HOV Lanes). Ces voies sont rarement surchargées et incitent donc les voyageurs à réaliser des trajets en commun évitant ainsi les bouchons.

En conclusion, le covoiturage ne raisonne pas encore dans les oreilles suisses mais pourrait dans un futur proche faire sa place. La condition serait de communiquer davantage sur ce mode de transport et une réelle volonté politique de le promouvoir. Actuellement, il n’est pas encore ancré dans la mentalité suisse. Ces derniers ne ressentent pas le besoin de réaliser des trajets en commun lors d’activités de loisirs. En outre, la mobilité est extrêmement bien développée et desservie en Suisse. En général, il y a toujours un moyen d’atteindre les destinations par les transports publics alors que ce n’est pas forcément le cas aux États-Unis ou en France. Nous sommes d’avis qu’à partir du moment que le covoiturage de pendulaires sera suffisamment répandu et établis dans notre société, il pourra dès  lors s’élargir au tourisme. En outre, avec l’augmentation du prix de l’essence et des taxes routières, les suisses n’auront peut-être plus le choix que de partager leur voiture afin de diminuer leur frais.

Auteurs : Christelle Deillon, Mélanie Hirt, Annika Mattsson, Marie Pittet & Isabelle Tissot

Sources :
http://www.skiski.ch/index.php/fr/
http://www.avoriaz.com/vacances-ski/covoiturage.php
http://veilletourisme.ca/2012/03/28/pour-des-stations-de-ski-plus-vertes/
http://www.skiski.ch/index.php/fr/
http://www.e-covoiturage.ch/images/fr/pdf/presse/echo_gros_de_vaud_20130328.pdf
http://www.e-covoiturage.ch/images/fr/pdf/presse/24heures_20121224.pdf
http://www.e-covoiturage.ch/images/fr/pdf/presse/24heures_20121224.pdf

Powerpoint sur le covoiturage